Des élèves écrivains

par | 9 juillet 2009

Le mardi 9 juin 2009 les élèves des classes de 4ème A du collège Blois Vienne et les élèves de 4ème 1 du collège Augustin Thierry de Blois ont rencontré Annie Jay et Micheline Jeanjean dans le cadre du Prix du roman historique jeunesse à la médiathèque de Blois.

Afin de préparer cette rencontre, ils avaient imaginé, avec l’aide de Mme Castex et M. Mairand (professeurs de français), de Mme Bonneau et Mme Bonneville (documentalistes), la suite d’un texte rédigé par Annie Jay.

L’histoire se déroule durant la Terreur, ce jour-là une jeune fille conduite dans la charrette des condamnés à mort s’approche de la guillotine. Elle croise le regard d’un jeune homme, il ne lui reste que 5 minutes à vivre…

Voici le texte envoyé par Annie Jay :

Le peuple hurlait, levant un poing vengeur, vomissant sa haine. Certains, même, crachaient sur les condamnés. La charrette, encadrée de huit gardes à cheval et précédée d’un tambour, avançait lentement au pas, comme pour faire durer le supplice.
Les bras attachés dans le dos, les prisonniers se tenaient assis, le regard fuyant. Ce jour là, le Tribunal révolutionnaire envoyait à la mort un couple de vieux ci-devants, un accapareur de blé, un prêtre réfractaire, et une traîtresse à la patrie.
Il paraît qu’elle avait donné asile à un émigré.
Les aristos et le prêtre priaient, comme inconscients des insultes. L’accapareur ne cessait de pleurer.
La traîtresse, quant à elle, regardait la foule sans la voir. Quel âge avait-elle ? à peine 16 ans…
— À mort la traîtresse ! Vive la république ! Les aristos à la lanterne !
C’était une femme en costume tricolore qui braillait ces mots.
Derrière elle se tenait un jeune homme, muet. Il ferma un instant les yeux, le cœur battant, lorsqu’il aperçut la jeune fille.
On lui avait coupé ses beaux cheveux bruns au ras de la nuque et le col de sa chemise avait été largement échancré afin que la lame de la guillotine ne soit pas freinée dans sa course.
Lorsqu’il rouvrit les yeux, il ne fut pas surpris de croiser les siens. Le regard à demi éteint de la jolie traîtresse s’illumina alors d’une étrange étincelle d’espoir.
Le jeune homme ébaucha un sourire, puis il hocha la tête. La fille avait compris.
Ensuite, il sortit de la foule à petits pas, s’éloignant pour rejoindre un groupe d’hommes adossés à une porte cochère.
— Nous avons cinq minutes pour agir, dit-il à ses des amis. Sinon, dans dix minutes elle sera morte…

Voici des suites surprenantes, inventives, originales, qui ont été réalisées par les élèves, lues à l’auteur et exposées à la médiathèque.

Suite « Mufle » : Arthur

Suite burlesque : Andrea

Suite historique : Angele

Suite chevalresque : Ali Paul Piere Killian

Suite SF : Josselin Elise Cassandre_Dany

Suite tragique : Julie Titouan

Suite sanglante : Morgane