3è-2nde Swing à Berlin

par | 15 juin 2013

de Christophe Lambert (Fiche Ricochet)

Swing à BerlinBerlin, 1942. La guerre s’enlise, et les Allemands commencent à sentir que l’issue ne sera pas victorieuse.

Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, cherche un moyen de remonter le moral de la population.

Et quoi de plus joyeux que le jazz. Mais, considéré comme une musique dégénérée ou musique de nègres, il est interdit par le régime.

Le ministre ordonne donc que l’on crée un groupe de musique de danse accentuée rythmiquement !

Editions Bayard – 12,50 €

4 pensées sur “3è-2nde Swing à Berlin

  1. Sybille de La Classe de 3ème1, au collège Ste-Marie.

    Nouveau style de musique à Berlin
    1942, Berlin. Le ministre de la propagande nazie doit créer une distraction pour remonter le moral de la population allemande. Wilhelm Dussander, un pianiste, ancien membre d’un groupe de jazz, doit constituer un groupe « accentué rythmiquement ». Les membres de ce groupe sont tous des opposants au régime d’Hitler sauf un. Mais cela ne les empêchera pas de faire une tournée dans le pays …
    Christophe Lambert signe ici un livre qui aborde un sujet dont on ne parle pas forcément, la propagande musicale. Des passages sont très instructifs par rapport à d’autres qui m’ont paru plus vagues… Je trouve aussi que certains passages sont parfois romancés. Le livre vaut la peine de le lire. Il a été récompensé du Prix du livre de la jeunesse 2013.
    Je recommande ce livre à ceux qui voudraient en savoir plus sur la propagande et la Résistance en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

  2. Sir De Yaque 3°1

    Swing à Berlin est un livre qui se déroule durant la Seconde Guerre mondiale, le ministre de la propagande nazie Goebbels, charge un vieux pianiste de créer un groupe de jazz pour divertir la population allemande.
    Le livre raconte la formation des quatres jeunes qui doivent devenir les joueurs du groupze de jazz aryen qui proclamerait les thèses nazies.
    Le récit raconte leur engagement avec leur professeur Dussander face au régime en place.
    Ce livre ne m’a pas beaucoup plu, car le récit m’a paru trop romancé.

  3. Paul Henri Sainte Marie 3e1

    « Critique Swing à Berlin »
    Dans les années 1940, un ancien joueur de Jazz, pianiste , est chargé de former un « groupe de « Musique de danse accentuée rythmiquement » (le jazz est interdit par le régime nazi considéré comme une « musique de nègre ») composé d’un groupe d’adolescents compétents qu’il doit trouver un peu partout en Allemagne, il en trouve mais ils se disputent car ils n’ont pas les mêmes idéologies politiques.
    Ce roman écrit par Christophe Lambert est très bien écrit et passionnant même s’il comporte quelques petits passages pas très réalistes. Sinon, il y a beaucoup de rebondissements, de suspens, des moments de stress que le lecteur peut lui aussi ressentir. Le roman est donc excellent. Je le conseillerais donc à d’autres personnes, adolescents comme adultes.

  4. Clotilde, classe de 3°1,collège Sainte Marie à Bourges.

    Le jazz, nouvelle technique de propagande
    À Berlin, pendant la Seconde Guerre mondiale, le ministre de la Propagande du IIIe Reich désire remonter le moral de sa population. Il crée la « musique de danse accentuée rythmiquement », expression semblable au jazz considérée par les nazis comme une musique de « nègre ». Alors commence le recrutement de jeunes musiciens par le vieux pianiste, Wilhelm Dussander. Christophe Lambert raconte à sa manière le régime totalitaire de l’Allemagne nazie. 1942 est une date importante, la propagande est très marquée, l’antisémitisme est au plus haut point. On est observé, suivi et un moindre geste, parole peut mener à une arrestation, une exécution. Dans ce roman, l’histoire entremêle souvent fiction et réalité. La fuite d’Elsa du camp de concentration apparaît comme incroyable (l’auteur le mentionne d’ailleurs à la fin). Ce roman nous apprend des choses qu’on avait jusque là ignorées (la création de la musique accentuée rythmiquement par exemple). Les passages descriptifs ne sont pas trop longs, ce qui est plaisant lors de la lecture. Pour finir, on s’attache beaucoup aux personnages.

Les commentaires sont clos.